Extrait

Le pardon du marionnettiste
de Dominique Malaurie Bourbon

Le 09/11/2018 à 13:17 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Dominique Malaurie Bourbon

Editions Du Net

11/10/2018

9782312062457

202

17 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782312062457

Editeur : Editions Du Net

Prix grand format : 17 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Mai 1988 ; Stéphane - jumeau de Chloé - assiste impuissant à l'euthanasie de son fidèle complice Ben. L'évènement intolérable est la première pierre à l'édifice qui constituera la personnalité du jeune Martin.
Au début du millénaire, Stéphane gravit allègrement les marches de la réussite. Pervers et narcissique ; il est prêt à tout pour s'élever socialement et politiquement. Il épouse la proie rêvée en la personne de Lara-Leïla intelligente, pétillante et naïve.
Les années s'écoulent et les victimes de Stéphane affluent... Au sein de la multinationale qui l'emploie, dans son mouvement politique d'extrême droite, dans des hôtels douteux... Détournements de fonds, actes de cruauté, dépravation ; le criminel bénéficie de la protection de Tout-Puissants.

L'alliance pathétique avec Lara-Leïla connaît ses aléas les plus abjects quand Stéphane s'empêtre dans ses souvenirs d'enfance... Manipulée et instrumentalisée par Stéphane, Lara-Leïla sombre et devient l'ombre d'elle-même, jusqu'au jour où...

 

Premier chapitre

Chapitre 1

1988 : Le fils Martin

 

Dans le centre de la ville de Clarmont, Stéphane s’apprête à rejoindre son camarade Rachid pour l’après-midi…

– Tu dois comprendre que je t’accorde une grande preuve de confiance Stéphane !

– Oh merci papa ! Je te promets que je serai prudent et poli ! Comme on jouera dans le jardin avec Rachid, je pourrai emmener Ben !

 Je n’y vois pas de problème… Par contre, si vous rentrez chez les Benhamou tu devras le maintenir dans le parc… Tu choisis un arbre ou un poteau, tu l’entoures avec la corde que tu passes dans l’ouverture de la poignée ; tu bloques le mécanisme sur stop et tu attaches le mousqueton à son collier… Tu sauras !

– Oui, bien sûr, papa ! tu me l’as déjà montré… Mais pourquoi le laisser dehors ? Il fait hyper beau… Il ne salirait pas…

– Dans la religion du père de Rachid, les chiens ne rentrent pas au domicile.

– Ah bon ! C’est drôle ! D’accord ! Merci !

L’invitation exalte son allégresse d’enfant… Stéphane entoure le 25 mai 1988 d’un cœur rose au crayon-feutre sur le calendrier mural de sa chambre.

Chloé sa jumelle n’est pas conviée, mais comme elle adore son frère, elle partage son enthousiasme.

Son chien comme escorte, il aperçoit la maison de son camarade…

– Vise un peu Ben ! Quel vainqueur, ce vieux Rachid ! Trop bien ce grand jardin !

La queue de l’animal frétille, sa douce œillade rassure son jeune maître… « Vivre ensemble ça vaut plus cher que tout au monde : mon Steph ! »

– Oh ! Mon Ben… Mon ami ! Avec toi, trop chouette notre vie… Depuis ton arrivée, le temps sans toi me paraît trop : trop long !

Ben intégra dans la famille Martin : il y a trois ans et demi. Ce jour-là, la maisonnée parachevait la mise en place des composts de leur jardin communal. Il se trouve dans le quartier-haut de Clarmont et il offre des légumes naturels pour une grande période de l’année outre l’avantage de bénéficier d’un espace extérieur. Le chien, alors famélique, les avait assistés tout l’après-midi : assis, l’oreille basse, le regard triste et prostré. Quand ce fut l’heure du retour au domicile, le canidé suivit la petite troupe. Ostensiblement, il emboîta le pas du père durant l’itinéraire en direction du foyer… Philippe troublé par la ressemblance avec son compagnon de jeunesse ne le chassa pas et au contraire à l’arrivée dans l’appartement il prononça les mots espérés par le nomade à quatre jambes… « Allez ! Viens ! » Sans même se poser de question, il le prénomma Ben comme son premier animal de jeu… Dès son adoption, Ben confie son cœur au fils Martin ; et depuis, la complicité de l’enfant et du canidé les rendinséparables.

… Le jardin évoqué par Stéphane entoure la résidence principale de Hakim Benhamou. Le père de Rachid possède un patrimoine immobilier imposant ; il inspire le respect pour sa droiture et un cran qui ne se dément dans aucune situation. Rachid son fils unique symbolise son talon d’Achille. Il exerce les fonctions de directeur financier dans une compagnie d’assemblage de composants électroniques.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

le-pardon-du-marionnettiste-dominique-malaurie-bourbon

7005