Extrait

Le grand jeu
de Bloom Molly

Le 11/01/2018 à 08:53 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Bloom Molly

Harpercollins

03/01/2018

9791033901860

18 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9791033901860

Editeur : Harpercollins

Prix grand format : 18 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9791033902331

Editeur : HarperCollins

Prix grand format : 8.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Les mémoires d'une reine du poker déchue. « Des élites de Hollywood aux clubs privés de Wall Street, mes aventures dans le milieu du poker underground » Petite fille, Molly Bloom rêvait d’une vie sans contraintes, sans limites, une vie où elle n’aurait de comptes à rendre à personne – une vie où elle pourrait devenir elle-même. Pour finir par obtenir bien plus que ce qu’elle aurait pu imaginer.

L’ex-princesse du poker, qui a eu pour clients des stars comme Leonardo DiCaprio ou Ben Affleck, des athlètes, des multimillionnaires, des politiciens ou encore des géants de la finance, se livre ici sans détours. Elle y décrit un monde glamour, privilégié et ultra secret, grâce auquel elle a gagné des millions, mené la grande vie toujours à la frontière de la légalité, et même tenu tête à la mafia russe et italienne – jusqu’à ce qu’elle rencontre un adversaire qu’elle n’a pas pu doubler : le gouvernement américain.

L’histoire d’une femme prête à tout, qui a gravi les échelons un à un pour se faire sa place au soleil avant de voir son royaume s’effondrer, adaptée au cinéma avec Jessica Chastain (sortie du film : le 21 février). Molly Bloom a grandi à Loveland, dans le Colorado. Elle est diplômée de l’université de Boulder en science politique. Pendant plusieurs années, elle a tenu l’un des cercles de poker les plus cotés aux États-Unis. Elle vit à Los Angeles.

Alexandra Herscovici-Schiller (Traducteur)

 

Premier chapitre

Ce livre est dédié à ma mère, Charlene Bloom, qui m’a donné la vie non pas une, mais deux fois.

Sans ton amour absolu et ton soutien inconditionnel, rien de tout cela n’aurait été possible.

 

 

NOTE DE L’AUTEUR

 


Les événements que je rapporte ont tous réellement eu lieu. J’ai parfois changé les noms, les identités et les signes distinctifs pour préserver l’intimité des protagonistes et, en particulier, leur droit de raconter — ou non — leur histoire s’ils le désirent. J’ai reconstitué les conversations d’après les souvenirs précis que j’en garde, même si je ne prétends pas faire du mot à mot. J’ai plutôt choisi de rester fidèle à l’essence et à l’esprit de ces échanges.

 

 

Prologue

 


5 heures du matin, dans l’entrée de mon appartement. Je porte une chemise de nuit en dentelle transparente, et des projecteurs fluorescents sont braqués sur moi.

— LES MAINS EN L’AIR ! hurle une voix d’homme, agressive et sans âme.

Je m’exécute en tremblant.

Mes yeux s’habituent à la lumière. Un mur d’agents du FBI en uniforme s’étend à perte de vue. Ils sont armés jusqu’aux dents et me tiennent en joue avec des fusils d’assaut, comme dans les films.

— Approchez-vous lentement, ordonne la voix d’un ton détaché, presque inhumain.

À leurs yeux, je suis une menace, un criminel à appréhender comme dans leurs manuels.

Je mets un pied devant l’autre, les jambes flageolantes.

— MOINS VITE ! reprend la voix, menaçante.

C’est la plus longue marche de ma vie.

— DOUCEMENT. PAS DE GESTE BRUSQUE, intime une autre voix grave.

Paralysée de terreur, j’ai du mal à respirer ; la pièce sombre commence à devenir floue. J’ai peur de m’évanouir, mais l’image de ma nuisette blanche couverte de sang me force à rester consciente.

J’arrive enfin au bout de la rangée et je sens quelqu’un m’attraper et me pousser brutalement contre le mur en béton. Des mains me fouillent de la tête aux pieds, puis des menottes en acier froid se referment sur mes poignets.

— J’ai une chienne, elle s’appelle Lucy. Je vous en prie, ne lui faites pas de mal.

Après ce qui me semble être une éternité, une femme hurle :

— RAS !

L’homme qui me tient me guide vers mon canapé. Lucy court me lécher les jambes.

Ça me tue de voir sa terreur et j’essaye de retenir mes larmes.

— Monsieur, dis-je d’une voix tremblante à l’homme qui m’a menottée. Vous pouvez me dire ce qui se passe, s’il vous plaît ? Il doit y avoir une erreur.

— Vous êtes bien Molly Bloom ?

J’acquiesce.

— Dans ce cas, il n’y a pas d’erreur.

Il me montre une feuille de papier. Je me penche en avant, les mains toujours menottées derrière le dos. Hypnotisée, je fixe les grosses lettres noires sur la première ligne :

LES ÉTATS-UNIS d’AMÉRIQUE vs MOLLY BLOOM.

 

 

PREMIÈRE PARTIE


LA CHANCE DU DÉBUTANT

 

 

Chance du débutant (expression) :

Phénomène fantasmé selon lequel un débutant en poker connaîtrait un nombre de succès disproportionné.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

le-grand-jeu-bloom-molly

6664