Extrait

La reine, le moine et le glouton ; la grande fissure des fondations
de Keshavjee Shafique

Le 25/06/2014 à 13:16 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782021171983

Editeur : Seuil

Prix grand format : 21 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782021172003

Editeur : Seuil

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Durant les jours heureux, il est facile de jouir de l’instant présent, dans l’insouciance des lendemains. Mais quand le malheur frappe soudain à la porte, le besoin de réponses fortes sur le sens de la vie et de la mort renaît. Que pouvons-nous croire, connaître, espérer? L’amour même a-t-il encore un sens? Qui pose ces questions voit affluer des réponses très diverses, et plus d’un est désorienté. Pour la famille royale d’un pays pas si lointain, plongée dans de multiples drames, un « Grand Débat des convictions » s’impose. Interviennent un professeur de philosophie, un scientifique athée, une enseignante de sagesse orientale et une mathématicienne croyante: leurs vérités sont passionnantes mais inconciliables. Et si dormait en chacun de nous à la fois un athée, un agnostique et un croyant? Un roman pour apprendre à vivre avec courage et espérance la beauté fragile de nos vies. Shafique Keshavjee a été pasteur et professeur de théologie à Genève. Il s’est fait connaître par son livre best-seller, Le Roi, le Sage et le Bouffon (Seuil), où il raconte le « Grand Tournoi des religions ».

 

Premier chapitre

En mémoire de Simon et de tous les enfants

que la mort a arrachés à leurs familles.

Dans l’espérance des grandes Retrouvailles.

Un jour, Simon m’a demandé de lui expliquer la différence entre un athée, un agnostique et un croyant. Un athée, lui ai-je dit, c’est celui qui ne croit pas en Dieu, un agnostique, celui qui ne sait pas si Dieu existe, et un croyant, celui qui lui fait confiance.

Au fond, m’a alors répondu Simon, en chacun de nous il y a un croyant, un athée et un agnostique.

Cette nouvelle histoire peut fort bien se comprendre sans les précédentes, Le Roi, le Sage et le Bouffon et La Princesse et le Prophète. Mais pour la bonne intelligence des événements, il n’est pas inutile de rappeler le nom et la qualité de leurs principaux « héros ».

 

Dans Le Roi, le Sage et le Bouffon, il y avait :

 

Le Roi, monarque éclairé et « fan » de sport.

Le Sage, conseiller pondéré et physicien-philosophe.

Le Bouffon, plaisantin désabusé et provocateur excentrique.

Alain Tannier (« A. T. »), théologien français devenu philosophe athée.

Rahula, moine bouddhiste originaire du Sri Lanka.

Krishnânanda, moine hindou de l’ordre de Râmakrishna.

David Halévy, rabbin israélien et célibataire.

Ali ben Ahmed, imam égyptien et père de la belle Amina.

Christian Clément, théologien chrétien et professeur d’œcuménisme.

Sans oublier Éloïse, la fulgurante tortue du Bouffon !

 

Dans La Princesse et le Prophète, on suivait les aventures de :

 

Ousha, surnommée Princesse, petite mendiante d’un bidonville de Mumbai et sœur de Neesha.

Joseph Jesudasan, appelé Prophète malgré lui, militant altermondialiste, disciple de Jésus et de Gandhi.

Mary Roy, jeune cadre de la grande multinationale Birdley, fille d’une mère indienne et d’un père occidental inconnu.

Karl Pittal, directeur de Birdley en Inde et mari d’Ophelia.

Matthew Ammon, cadre de la grande multinationale rivale Philip Ismore.

Mahmoud, Aïcha, Sheela, Wu Zhou, Tonya… compagnons de lutte de Joseph Jesudasan contre l’injustice et l’inéquité.

La Reine de mon pays m’a demandé d’écrire ce livre pour vous. Comme vous le savez peut-être, son royal conjoint avait organisé un Grand Tournoi des religions qui connut un certain retentissement et que j’ai raconté dans un précédent livre, Le Roi, le Sage et le Bouffon.

Hélas, cette « bénédiction pour le Royaume », selon la formule d’un journaliste religieux, fut suivie de plusieurs événements dramatiques. Malgré l’aspiration au dialogue et à la paix, partagée par presque tous, l’expérience de conflits permanents dans le Royaume engendra des prises de conscience fort douloureuses. Beaucoup percevaient des fissures mortelles à l’œuvre dans la société, dans chaque existence humaine et dans la famille royale elle-même, et cette fragilité réveilla une quête de fondements solides.

Le Grand Débat des convictions, nouvel événement majeur du Royaume, a durablement éclairé cette quêteMais l’attentat contre le Roi qui y eut lieu, ainsi que la terrible maladie de la Princesse, provoquèrent d’autres découvertes plus fondamentales encore.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

la-reine-le-moine-et-le-glouton-keshavjee-shafique

4270