Extrait

La mémoire des couleurs
de Stéphane Michaka

Le 28/11/2018 à 10:14 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Stéphane Michaka

Pocket Jeunesse

22/11/2018

9782266273244

424

17.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782266273244

Editeur : Pocket Jeunesse

Prix grand format : 17.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782823851649

Editeur : Univers poche

Prix grand format : 12,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Mauve, un garçon d'une quinzaine d'années, se réveille dans une brocante. Il a perdu la mémoire et ignore comment et pourquoi il s'est retrouvé là. Très vite, il s'aperçoit qu'il peut lire dans les pensées. C'est le début d'un parcours semé d'embûches pour reconstituer son histoire. Tandis que le puzzle s'assemble pièce par pièce, Mauve, au-delà de son incroyable odyssée personnelle, entrevoit l'avenir de l'humanité... et le rôle crucial qu'il va y jouer.

 

Premier chapitre

Pour Théophile,

étonnant voyageur.

 

 

PREMIÈRE PARTIE


Le jour où Mauve est sorti de la réserve

 

 

Un tunnel ?

Oui, ce doit être un tunnel.

Un corridor sans fin. Un couloir d’acier dans lequel on te précipite d’un coup sec.

Une force irrésistible te projette en avant.

On t’a bousculé, tabassé, puis jeté là sans que tu puisses opposer la moindre résistance.

On t’a peut-être drogué. Cela pourrait expliquer ton mal de crâne. La bouillie qu’est devenu ton cerveau.

As-tu encore toute ta tête ? Sans doute, puisque ces pensées sont les tiennes. Mais elles ne te sont d’aucun secours. Pas plus que les silhouettes que tu devines autour de toi.

Qui sont-ils ? Tu ne les vois pas mais tu peux les entendre. Ils parlent à voix basse.

On dirait qu’ils veulent t’alerter.

Ils parlent dans une langue étrangère. Ils chuchotent de plus en plus fort.

Tu voudrais échapper à leur souffle insistant sur ta nuque, tes oreilles, tes tympans…

Tu voudrais sortir mais tu n’es plus maître de tes mouvements. Tu es un caillou emporté par la vague.

La peur te paralyse. Le sas est hermétiquement clos. Où que tu te tournes, pas la moindre lueur.

Pour calmer ton angoisse, tu écoutes les murmures.

Un mot court de bouche en bouche. Un son bref, un mot fait d’une seule syllabe. Les étrangers le répètent en boucle, ils s’y accrochent comme à une bouée. À croire que ce mot, c’est tout ce qu’ils possèdent.

Ils le martèlent pour que tu ne puisses pas l’oublier. On dirait qu’ils veulent le graver dans ton esprit.

Mais bientôt tu entends autre chose. Un autre son bref, une syllabe différente. Puis une autre. Et une autre encore.

Pourtant, quelque chose te dit que c’est le même mot.

Tu butes contre une paroi. Tes mains tâtonnent dans l’obscurité. Es-tu emprisonné dans une cellule ? Un sas ?

Tes mains reconnaissent une serrure.

Qui t’a donné la clé que tu introduis dans le mécanisme ? Tu oublies la question, tu t’agaces de ne pouvoir ouvrir. La clé remue, s’agite comme une anguille. La serrure résiste et, rejetée hors du trou, la clé forme des hiéroglyphes indéchiffrables dans le creux de ta main.

Les hiéroglyphes se transforment aussi vite que le mot, la syllabe de tout à l’heure. Et comme lui, comme elle, ils se gravent dans l’espace vierge de ton esprit.

Vierge ?

Ton passé, ta mémoire… Quel choc les a abolis ?

Les silhouettes se remettent à chuchoter.

Tu as peur qu’elles s’impatientent, griffent tes épaules, ta nuque, arrachent tes cheveux pour se frayer un passage.

Tu essaies de crocheter le mécanisme. La serrure grince, gémit. La porte s’ouvre, l’air s’engouffre dans le tunnel.

Tu vas enfin pouvoir sortir.


*

— Je…

— Tu es Mauve, c’est ça ?

Gorge sèche.

— Je…

— Tu dois avoir soif. Tiens, bois ça.

Liquide froid dans mon gosier.

— C’est de l’eau. Penche-toi pour boire au goulot.

Voix de femme.

— Pas trop vite. Tu en veux un peu plus ?

Qu’est-ce qui gratte ma nuque ?

— Tu veux te lever ?

— Tu… je veux…

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

la-memoire-des-couleurs-stephane-michaka

7019