Extrait

La folle aventure de Marty
de Emmanuel Prost

Le 06/06/2018 à 18:52 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Emmanuel Prost

Ravet-Anceau

21/08/2017

9782359736458

96

7.50 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782359736458

Editeur : Ravet-Anceau

Prix grand format : 7.50 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782359736465

Editeur : Éditions Ravet-Anceau

Prix grand format : 7.50...76717534.....

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Marty Lockwood, neuf ans un quart, vient d'emménager à Sallaumines. Une petite ville tranquille ? Pas si sûr ! Dès son arrivée, le garçon assiste à une bagarre entre deux clans rivaux étudiant dans des écoles différentes. Marty se rallie aux sympathiques Araignées Centrales qui l'accueillent avec joie. Mais, un peu plus tard, rebelote : un événement incroyable vient déranger sa quiétude. Certains monuments emblématiques de la ville ont disparu. Puis c'est au tour de l'école de se volatiliser. Comment est-ce possible ? Qui les a effacés du paysage ? En enquêtant, Marty et les Araignées Centrales découvrent une réalité surprenante. Pourront-ils redonner à leur ville son visage d'autrefois ?

 

Premier chapitre

1

La fin des vacances

 

Samedi 2 septembre 2017. 14 h 30.

Marty jette un œil par la fenêtre. Il lève la tête et commence à rêvasser devant les nuages défilant dans le ciel. Des formes offrant un défilé de véhicules sur l’autoroute aérienne de son imagination débordante. Ici, une voiture de sport roulant à vive allure. Là, une autre zigzaguant. Là-bas, un poids lourd déboulant en klaxonnant et en faisant des appels de phares. D’un coup, c’est l’embouteillage. Les nuages s’amoncellent et forment un mur opaque au-dessus de Sallaumines, plongeant la ville dans une soudaine et sinistre semi-obscurité.

– Il ne manquait plus que ça ! bougonne le garçon en voyant la pluie s’inviter à ses toutes dernières heures de vacances.

Mais au bout de dix petites minutes, l’orage cesse. Le rideau de nuages se déchire pour laisser apparaître une belle éclaircie. Marty attrape le billet que son père lui a laissé pour son inscription à la bibliothèque et sort en toute hâte.

Dans la rue, il découvre les panneaux routiers avec étonnement. Fosse 5. Cité du 4/11. Quartier du 3/15. Autant de lieux qui, même si l’activité minière n’est plus d’actualité, demeurent à jamais identifiés par les numéros des fosses d’antan.

En arrivant devant la MAC1, Marty est alerté par des cris.

– Hé, Loïc ! Tu as vu la sale petite Araignée Centrale qui traîne par là ?

– Qui, lui ? rétorque l’autre en dévisageant Marty.

– Mais non, le gros, là ! s’énerve le premier en pointant du doigt un garçon qui semble d’un coup chercher un moyen de leur échapper.

Les deux braillards se ruent aussitôt sur lui, bousculant au passage Marty qui se retrouve les quatre fers en l’air au milieu du parking.

Au même moment, une fille sort du bâtiment en criant :

– Oh, les Épinards ! Vous allez nous laisser tranquilles, oui !

Les deux brutes font ceux qui n’entendent rien et continuent de frapper le pauvre garçon sans la moindre retenue. Puis ils le jettent à terre et lui flanquent une rafale de coups de pied.

Marty se relève d’un bond et, n’écoutant que son instinct, fonce porter secours au malheureux. Mais très vite, il regrette cet élan. Se battre n’est pas dans ses cordes. Il n’a jamais su et n’aime pas du tout cela. Il parvient néanmoins à détourner l’attention des cogneurs, reçoit quelques coups au passage mais voit assez vite – et avec grande surprise – les deux lascars détaler en riant aux éclats.

Marty se penche alors vers celui qu’il vient de sauver et l’aide à se relever. Le garçon est physiquement son parfait opposé. Aussi blond que lui est brun. Des yeux clairs alors que lui les a foncés. Et surtout, il est aussi rond que lui est maigre. Là où les deux garçons semblent se rejoindre, c’est dans leur évidente incapacité à user de la violence. L’autre a pourtant l’air costaud. Mais il émane de lui une très grande douceur. Après la mésaventure qu’il vient de subir, ses yeux sont baignés de larmes. Un sourire éclatant vient toutefois illuminer son visage lorsqu’il s’avance vers Marty, la main tendue.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

la-folle-aventure-de-marty-emmanuel-prost

6818