Extrait

La femme qui ment
de Hervé Bel

Le 07/10/2017 à 11:31 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Hervé Bel

Les Escales

05/10/2017

9782365692991

17.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782365692991

Editeur : Les Escales

Prix grand format : 17.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782365693578

Editeur : Les escales éditions

Prix grand format : 5.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Sophie a quarante-trois ans. Elle vit à Paris avec Alain. Tous les jours, elle prend le RER pour aller travailler à la Défense. On la veut efficace, rapide, moderne, performante. Elle s'y emploie. Mais la cadence est infernale, elle se sent au bout d'un cycle - bientôt elle sera vieille. Elle n'a pas d'enfant.
Un jour, acculée par son patron qui lui reproche la mauvaise gestion d'un dossier, elle ment. Prétend être enceinte. C'est le début d'un engrenage, tout un système de défense qui, un temps, allège son quotidien. Grisée, Sophie décide de mentir à son tour à Alain. Lui faire croire qu'elle attend un bébé en fera peut-être venir un pour de bon ? Ce qu'elle ignore, c'est qu'Alain ne peut plus avoir d'enfant.
Alors que le mensonge l'enserre peu à peu, le passé de Sophie se déploie - son enfance, sa jeunesse en banlieue, au pied des tours de la Défense qui, lentement, surgissaient de terre. Comme les barreaux de sa future prison.

 

Premier chapitre

À Guillaume et Violaine Leyte,

mes très chers amis de toujours.

À leurs enfants Apolline et Geneviève.

Et à toi, Christina.

 

 

 

Alain fait semblant de dormir, je le sais. En quittant l’appartement je claque la porte, volontairement, pour lui montrer que je ne suis pas dupe. Il sursautera. Minables représailles, bien sûr, mais cela me soulage.

Puis je m’arrête, je me tiens droite, au garde-à-vous, les mains le long des hanches, mon sac en bandoulière. J’inspire et j’expire à fond. Catherine qui pratique le yoga m’assure que c’est efficace contre le stress… Il est vrai que ses stress à elle ne doivent pas être très violents. Ses enfants sont grands. Elle n’a plus grand-chose à faire… Alain m’énerve. Cette nuit, il dormait sans couverture, en caleçon. Son torse blanc et poilu ressemblait à un vieux marbre strié de veines noires. Cela me dégoûte. Il suait. Il ne dormait pas. Il savait bien que moi non plus. On ruminait chacun de notre côté en trempant nos oreillers. L’appartement est irrespirable. Pendant la nuit, les murs exsudent une mauvaise fièvre, la chaleur accumulée pendant la journée. Cela dure depuis au moins deux semaines.

Je viens de prendre ma douche et je transpire déjà. Mes mains sont moites. Je les essuie contre ma jupe. Rien n’y fait. J’ai mal à l’estomac. Le ventre me brûle comme avant une colique… Un goût acide dans la bouche. Mauvaise haleine. Je dois déjà puer. Même si je me suis brossé les dents pendant cinq minutes pour la fraîcheur de la pâte mentholée… Il me reste un chewing-gum. Je le prendrai tout à l’heure, là-bas.

Rien que de penser à « là-bas », je me sens soudain plus fatiguée, et les pulsations de mon cœur s’accélèrent.

« Là-bas », immenses immeubles dressés comme des barreaux, et dedans ces milliers d’alvéoles. Dans l’une d’elles, il y a moi, bouffée de l’intérieur, toute la journée…

Je me dis : « Je n’y arriverai pas. » Je sais pourtant le contraire. Dans une minute, tout au plus, mes jambes se mettront en route, obéissant à la Sophie travailleuse qui n’écoute pas la Sophie épuisée, qui va crever si cela continue. Restons encore une minute, même si, déjà, j’ai envie d’y aller.

La cage d’escalier sent la vieille poussière et l’encaustique, comme dans les librairies de livres anciens où Alain m’emmène le samedi. Pas un bruit dans l’immeuble. Impression de fraîcheur. Il est sept heures. Il n’y a que moi pour partir « là-bas » si tôt. Je ne peux pas m’en empêcher. Il me semble qu’en arrivant parmi les premiers, j’empêche que ma situation ne se dégrade davantage. Je voudrais rester ici. Je me précipiterais dans le salon, je m’y allongerais. Je dormirais tout de suite. Je n’aurais qu’à fermer les yeux… Mais cette nuit, j’avais beau les fermer, le sommeil ne venait pas. Je pensais à Alain, au bureau, à Florence Stirl, à ce qu’elle a dit sur les enfants. À Texmore aussi.

Texmore et Lionel.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

la-femme-qui-ment-herve-bel

6571