Extrait

La femme du boulanger
de Marcel Pagnol

Le 03/02/2018 à 09:34 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Marcel Pagnol

Fallois

05/10/2005

9782877065184

190

6 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version poche

 

illustration

ISBN : 9782877065184

Editeur : Fallois

Prix grand format : 6 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782877069113

Editeur : Editions de Fallois

Prix grand format : 14.00...57109060....

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
La femme du boulanger s'est enfuie avec un berger.
Le boulanger se saoule et ne fait plus de pain. tous les habitants du village - y compris les ennemis légendaires, l'instituteur et le curé - s'unissent pour retrouver la femme du boulanger. le marquis prend la direction des opérations... ultime adaptation de giono par pagnol (ici un passage de jean le bleu), la femme du boulanger (1938), partition musicale pour raimu et orchestre, est sans doute l'oeuvre la plus célèbre du cinéaste.
Chaque scène a acquis le statut de classique, et c'est après avoir vu et revu ce film, un de ses préférés, qu'orson welles a demandé - trop tard - à rencontrer raimu, qu'il jugeait le plus grand acteur du monde. " je l'ai vu ce matin, sur sa figure, brusquement elle m'aime d'amour. et tu ne sais pas ce qu'elle m'a dit ? elle m'a dit : "si tu es un homme, trouve-toi derrière l'église à cinq heures, avec un cheval : tu m'emporteras où tu voudras.

"elle quitte son mari, sa boulangerie, ses sous, son pain. elle veut tout perdre pour moi. à cinq heures derrière l'église... "

 

Premier chapitre

Distribution

 


* * *

 

 

LE BOULANGER

Raimu

 

LA BOULANGÈRE

Ginette Leclerc

 

LE BERGER

Charles Moulin

 

LE MARQUIS

Fernand Charpin

 

LE CURÉ

Robert Vattier

 

L’INSTITUTEUR

Robert Bassac

 

MAILLEFER

Édouard Delmont

 

ANTONIN

Charles Blavette

 

CASIMIR

Paul Dullac

 

BARNABÉ

Maupi

 

PÉTUGUE

Julien Maffre

 

ESPRIT

Jean Castan

 

CÉLESTE

Alida Rouffe

 

ANGÈLE

Maximilienne Max

 

MIETTE

Odette Roger

 

LE BOUCHER

Charblay

 

BARTHÉLEMY

Adrien Legros

 

HERMINE

Yvette Fournier

 

DES MESSAGERS

Marius Roux

 

José Tyrand

 

LE PAPET

Gustave Merle

 

Film réalisé par Marcel Pagnol en 1938

 

 

Sur la place du village


C’est la sortie de l’école communale. Les enfants avancent en rangs jusqu’à la porte et tout à coup ils s’enfuient comme une volée de moineaux. M. l’instituteur sort le dernier, et il ferme la porte derrière lui. Il est très jeune ; il doit sortir de l’École normale, et c’est certainement son premier poste. Il va vers la boîte aux lettres et, avec une clef, il l’ouvre. Il y prend Le Petit Provençal. À ce moment-là, un paysan s’approche de lui et le salue.

 

LE PAYSAN. — Bonjour, monsieur l’instituteur.

 

L’INSTITUTEUR (il brise la bande du journal). — Bonjour, Pétugue. Ça va ?

 

PÉTUGUE (timide). — Très bien, monsieur l’instituteur. Très bien. Je voulais vous demander un petit service.

 

L’INSTITUTEUR. — Vas-y.

 

PÉTUGUE. — Vous connaissez Casimir, le gérant du Cercle, qui a le bureau de tabac ?

L’INSTITUTEUR. — Oui. Et puis ?

 

PÉTUGUE. — Eh bien, il faudrait lui dire qu’il y a un chien mort dans son puits. Le puits du Cercle. C’est Cassoti qui l’a vu tomber dedans. Alors, si on ne le prévient pas, il va nous faire boire de cette eau le dimanche à l’apéritif. Il faut le lui dire…

 

L’INSTITUTEUR. — Et pourquoi Cassoti ne l’a pas averti ?

 

PÉTUGUE (mystérieux). — Il ne peut pas. Ils sont fâchés. Ils se sont battus au régiment, il y a vingt ans. Alors, ils sont fâchés.

 

L’INSTITUTEUR. — Pourtant, il va boire l’apéritif au Cercle ?

 

PÉTUGUE. — Oui, mais il ne lui parle jamais – il ne commande qu’à la bonne. Comme moi. Parce que moi aussi, je suis fâché avec Casimir.

 

L’INSTITUTEUR. — Mais pourquoi ?

 

PÉTUGUE. — Oh ! Ça vient de loin. Mon père était fâché avec son père. Et mon grand-père était déjà fâché avec son grand-père. Et déjà, nos grands-pères ne savaient pas pourquoi, parce que ça venait de plus loin. Alors, vous pensez que ça doit être quelque chose de grave. Ça doit être une bonne raison.

 

L’INSTITUTEUR. — C’est vraiment un village de crétins.

 

PÉTUGUE. — Mais non, monsieur l’instituteur. C’est un village où on a de l’amour-propre, voilà tout.

 

L’INSTITUTEUR. — Deux pelés et quatre tondus – et tous fâchés les uns contre les autres !

 

PÉTUGUE. — On se rencontre quand même – au Cercle ou à la chorale –, mais ceux qui sont fâchés ne se parlent pas.

 

L’INSTITUTEUR. — Bon. J’avertirai Casimir. Mais je vais d’abord voir le pain du nouveau boulanger.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

la-femme-du-boulanger-marcel-pagnol

6704