Extrait

L'Amour En Plus ; Histoire De L'Amour Maternel Xvii-Xx Siecle
de Élisabeth Badinter

Le 07/02/2017 à 08:17 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Élisabeth Badinter

Flammarion

06/02/2010

9782081224919

10.20 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782081224919

Editeur : Flammarion

Prix grand format : 10.20 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782081240391

Editeur : Flammarion

Prix grand format : 8,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
L’amour maternel est-il un instinct qui procéderait d’une « nature féminine » ou bien relève-t-il largement d’un comportement social, variable selon les individus, les époques et les mœurs ? Tel est l’enjeu du débat qu’étudie ici Élisabeth Badinter, au fil d’une enquête historique très précise : à observer l’évolution du comportement maternel depuis quatre siècles, elle constate que l’intérêt et le dévouement pour l’enfant se manifestent – ou ne se manifestent pas. La tendresse existe – ou n’existe pas. Aussi choquant que cela puisse paraître, le sentiment maternel est un sentiment humain, incertain et fragile. Ce dévoilement d’une contingence de l’amour maternel suscita des réactions passionnées lors de la première publication du livre, en 1980 : les uns y virent une aberration, remettant scandaleusement en question le concept de nature ; les autres y trouvèrent une véritable libération, l’occasion d’une meilleure compréhension de la maternité et d’une reconnaissance de la multiplicité des expériences féminines. Trente ans après, L’Amour en plus est toujours un livre nécessaire et dérangeant, tant il est vrai que nous avons changé de vocabulaire, mais pas d’illusions.

 

Premier chapitre

AVANT-PROPOS

 

À en juger par les réactions passionnées que ce livre a suscitées – et qui m’ont, je l’avoue, surprise –, la maternité est encore aujourd’hui un thème sacré. L’amour maternel est toujours difficilement questionnable et la mère reste, dans notre inconscient collectif, identifiée à Marie, symbole de l’indéfectible amour oblatif.

Si de nombreux lecteurs m’ont manifesté leur sympathie, si certains spécialistes des disciplines concernées ont bien voulu exprimer leur intérêt, ou leur approbation, je reçus en revanche un certain nombre de critiques, toutes centrées autour de la même question : le philosophe a-t-il le droit de trancher de l’existence ou de l’inexistence d’un instinct, quel qu’il soit ? Ne faut-il pas laisser au biologiste le soin de répondre à la question ? Certains, se souvenant que d’éminents biologistes avaient déjà conclu à la remise en cause globale de la problématique de l’instinct chez l’homme, me firent savoir que mon travail n’avait plus grand intérêt. D’autres, au contraire, pour lesquels le problème n’est toujours pas résolu, jugèrent impossible de le traiter sans s’intéresser aux deux hormones du maternage : la prolactine et l’ocytocine.

 

D’autres enfin trouvèrent inadmissible d’utiliser l’histoire pour soutenir une thèse qui ne relevait ni de la compétence du philosophe ni de celle de l’historien. Tous ces critiques me reprochaient donc d’outrepasser de façon intolérable les limites de ma discipline.

Mais au fait, quelles sont les limites de la philosophie ? Et à quoi sert ce discours, spécialisé en rien et qui se mêle de tout, sinon justement à questionner à nouveau les vérités acceptées et à analyser tous systèmes de pensées ? Peut-on interdire au philosophe de réfléchir sur les présupposés de la biologie ou de l’histoire, alors que l’on sait bien que là se noue toute la problématique de la nature et de la culture ? Pourquoi se verrait-il déclarer inapte à lire l’histoire ou à interpréter des comportements dès l’instant qu’il est en possession des mêmes matériaux que l’historien ?

Certes le philosophe ne fait pas avancer la science puisqu’il n’apporte pas de documents ou de faits nouveaux à la collectivité scientifique, mais faut-il considérer son travail comme nul et non avenu s’il entreprend, plus modestement, de faire reculer les préjugés ?

Cependant, parmi toutes les critiques qui me furent adressées, certaines m’ont paru nécessaires et constructives. J’ai parfois péché par imprécision ou omission. Fallait-il céder, par exemple, au plaisir de titrer la première partie : « L’Amour absent » ? Tant de lecteurs s’y sont laissé prendre – même parmi les mieux intentionnés – qu’il faut bien battre sa coulpe. Je n’ai jamais écrit que l’amour maternel est une invention du XVIIIe siècle ; j’ai même, à plusieurs reprises dans ce livre, souligné le contraire. Mais le titre pouvait laisser croire, au lecteur pressé, que tel était bien mon propos. Je voulais seulement dire qu’une société 

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

l-amour-en-plus-elisabeth-badinter

6378