Extrait

Jeu de morts
de Pouchard, Jean-Sebastien

Le 22/04/2016 à 14:34 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782312043005

Editeur : Editions Du Net

Prix grand format : 16 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Lorsque Caroline RIOUX reprit ses esprits, deux heures venaient de s'écouler. Elle était assise sur une chaise, les pieds et les mains entravés par des colliers de serrage en plastique au milieu de sa salle de bains. Elle se sentait vaseuse comme après une longue soirée passée à boire des cocktails sauf que cette fois-ci, elle n'avait pas la gueule de bois.- Au secours ! Est-ce que quelqu'un m'entend ? A l'aide !

 

Premier chapitre

Avant-Propos

Cet avant-propos est pour moi une première. Je ne me rends pas vraiment compte que j’ai réussi à écrire ma propre histoire avec mes propres héros. Cela me semblait irréel et réservé à des écrivains dont c’est le véritable métier de faire rire, pleurer, ou peur. Lorsque je n’étais encore qu’un petit garçon, j’ai découvert le plaisir de la lecture de romans policiers avec les dix petits nègres d’Agatha CHRISTIE. Je ne pensais pas qu’un livre puisse procurer autant d’émotions et de plaisir. Il était devenu impossible pour moi d’arrêter. Alfred HITCHCOCK, Stephen KING, Dean KOONTZ, et autres auteurs ont pris le relais et bercé mon adolescence avec leurs thrillers et histoires horrifiques. Le temps est passé et j’ai découvert d’autres centres d’intérêt comme le cinéma. J’ai donc délaissé pendant quelques années les Hercule POIROT, Danny et son tricycle, Cujo et Christine ! Et puis une convalescence tardive à la suite d'une opération du dos m’a permis de découvrir l’anneau de Moebius de Franck THILLIEZ. À cet instant, je pris une claque. Je retrouvais les mêmes sensations, le même plaisir que lorsque j’étais enfant. À l’époque, je vivais dans le Nord et je connaissais tous les lieux qu’il citait. J’étais devenu fan et je le suis encore aujourd’hui d’ailleurs !

Depuis quelques mois maintenant, je ressens le besoin d’écrire sur ce que je vois, sur ce que je perçois. J’écris des poèmes au fil des jours, mais l’idée d’en faire plus ne me lâchait pas. Il fallait que je m’évade en rédigeant ma propre histoire. Alors quoi de mieux que de se lancer dans la recherche d’un scénario qui pourrait me plaire et que j’aurais plaisir à lire ? Ainsi les personnages d’Arthur, Mathilde et tous les autres me sont apparus comme une évidence. Aujourd’hui, je vous livre cette enquête conduite par mes héros dans la ville de Dijon. J’aime énormément cette cité depuis que j’ai découvert sa douceur de vivre et son architecture il y a quatre ans maintenant.

Je remercie Cyril, Xavier et mon père pour les corrections qu’ils ont apportées à la rédaction de ce premier roman.

J’ai pris énormément de plaisir à coucher chaque mot, chaque détail de mon récit, et j’espère que vous ressentirez à la lecture, un plaisir égal au mien.

En écrivant cet avant-propos, je pense à ma grand-mère paternelle qui aimait, elle aussi, la lecture de romans policiers, et qui vient de nous quitter. Je lui dédie avec une grande affection ma première histoire.

 

 

Chapitre 1

Lorsque Caroline RIOUX reprit ses esprits, deux heures venaient de s’écouler. Elle était assise sur une chaise, les pieds et les mains entravés par des colliers de serrage en plastique au milieu de sa salle de bains. Elle se sentait vaseuse comme après une longue soirée passée à boire des cocktails sauf que cette fois-ci, elle n’avait pas la gueule de bois.

Tandis qu’elle essayait de crier, il lui semblait que sa gorge n’émettait aucun son. Seule une douleur profonde située dans sa trachée la submergeait. Elle se souvint alors de cet homme qu’elle avait fait entrer dans son appartement. Cet inconnu lui avait plaqué une main sur la bouche, tandis que son autre bras glissé sous sa gorge, la retenait contre lui. Elle venait soudain de comprendre qu’elle n’aurait peut-être jamais dû se réveiller.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

jeu-de-morts-pouchard-jean-sebastien

6231