Extrait

J'aimerais choisir la couleur de mes rêves
de Nasso, Eric

Le 23/10/2017 à 18:57 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Nasso, Eric

Editions Du Net

11/10/2017

9782312055817

152

13 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782312055817

Editeur : Editions Du Net

Prix grand format : 13 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Eglantine aime les défis. Quand un projet lui tient à coeur, elle déploie toute son énergie pour le mener à bien. Cette fois, elle réalise un rêve un peu fou : échanger son travail et son logement pendant un an. Avant son départ, elle est confiante et très enthousiaste. Elle appréhende, malgré tout, les températures glaciales d'un hiver au Québec. Mais contre toute attente, l'épreuve la plus difficile ne sera celle du froid ! Bien malgré elle, Eglantine va devoir faire face à l'inattendu.

 

Premier chapitre

Chapitre 1

 

J’étais secouée. Je me trouvais à l’avant d’un canoë qui naviguait sur une large rivière. L’eau était claire, l’environnement était sublime. Au loin, les flots semblaient disparaître dans les profondeurs de la terre.

Comme j’étais devant, je fus la première à prendre conscience du danger. J’alertai ma partenaire. Le bruit était si assourdissant qu’elle ne m’entendait pas. Je ne pouvais pas non plus gesticuler pour l’avertir, au risque de faire chavirer l’embarcation.

Pendant une fraction de seconde, elle esquissa un sourire avant de détourner le regard. C’est elle qui détenait les rames. Je ne pouvais plus rien changer. J’étais impuissante et il était trop tard pour modifier le cours de notre destin. La chute serait mortelle ! Je me mis à crier et je me cramponnai au bateau qui sombrait dans l’abîme.

Comme par enchantement, je sentis une main, saisir mon épaule. L’hôtesse de l’air me réveilla et m’informa que nous allions atterrir. Elle me demanda poliment de rattacher ma ceinture et de remonter ma tablette. J’étais en sueur, mais j’étais sauvée !

Nous étions le 16 août. La date avait son importance, car je fêtais mon quarantième anniversaire et j’avais la chance de m’offrir un cadeau exceptionnel. Je allais enfin fouler le sol du Québec qui m’avait tant fait rêver ! La sélection s’était avérée difficile. Il m’en avait fallu des efforts pour en arriver là…

Après avoir marché une dizaine de minutes dans les couloirs de l’aéroport de Montréal, mon enthousiasme baissa d’un cran, quand j’aperçus la longueur de la file d’attente qui menait aux postes de douane. Dans ce hall, grand comme une patinoire, se croisaient des centaines de passagers en provenance du monde entier. Louna me fusilla du regard. Pénélope, elle, ne se priva pas d’exprimer son mécontentement. Mais je pouvais rien y changer !

Par chance, elles retrouvaient enfin de la wifi. Les deux sœurs saisirent au même moment leur téléphone pour se connecter au réseau. J’étais donc tranquille pour quelque temps. J’avais tout loisir de penser à l’origine de ce projet un peu fou. Il y a quatre ans, un collègue m’avait informé de l’existence d’un programme original : échanger son poste avec un enseignant du Québec. Je voyais pour nous la possibilité de concrétiser un rêve commun : habiter, travailler et étudier à l’étranger pendant 1 an.

Après le passage à la douane, nous devions nous rendre au service de l’immigration. Nous savions que nous allions encore devoir patienter. Chacune reprit donc son activité favorite.

Cette fois, je pensais à des souvenirs plus proches. Il y a un mois, jour pour jour, je retapissais la chambre de Pénélope qui avait besoin d’être rafraîchie avant notre départ. La semaine dernière, Alix, mon mari, terminait les dernières petites réparations pour que l’appartement soit impeccable. Afin de prévenir tout problème mécanique, il avait aussi conduit la voiture au garage pour une révision complète. Deux heures avant de recevoir Amanda, ma partenaire d’échange, tout était rangé, nettoyé, astiqué. Nous étions fiers du résultat, mais aussi bien fatigués.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

j-aimerais-choisir-la-couleur-de-mes-reves-nasso-eric

6592