Extrait

Essai sur le fou de champignons ; une histoire en soi
de Peter Handke

Le 16/10/2017 à 08:31 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Peter Handke

Gallimard

12/10/2017

9782070146093

160

14 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782070146093

Editeur : Gallimard

Prix grand format : 14 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782072550508

Editeur : Editions Gallimard

Prix grand format : 9.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Dans le dernier volet du polyptyque qu’il consacre à l’exploration littéraire de notre quotidien (après Essai sur le Lieu Tranquille, Essai sur la journée réussie, Essai sur le juke-box et Essai sur la fatigue), le grand écrivain autrichien narre la vie d’un ami "fou de champignons" et transforme le cœur des forêts en lieu d’enchantement. Peter Handke atteint un degré de sensibilité et de précision, une attention au détail qui n’ont que peu d’équivalents dans le paysage littéraire contemporain. Assis à sa table, muni d’un crayon, il mue ses pérégrinations à la périphérie de nos existences urbaines en campagnes d'observation et poursuit rigoureusement le mot juste. À la recherche du miracle dans le profane, de ces moments d’exaltation intense où les choses simples se révèlent étincelantes, Peter Handke fait émerger l’utopie du plus ténu. (trad. Pierre Deshusses)

 

Premier chapitre

« Et de nouveau ça devient sérieux », me disais-je tout à l’heure malgré moi, avant de me mettre en chemin vers ma table où je suis assis maintenant avec l’intention d’apporter une certaine – ou incertaine – clarté à l’histoire de mon ami disparu, le fou de champignons. Et dans le même temps, je me disais malgré moi : « Ce n’est pas possible ! Tout ce sérieux au moment d’aborder et d’écrire une chose qui, quoi qu’il en soit, ne va pas changer la face du monde ; une histoire qui, en préambule (mot qui, pour une fois, est à sa place) à cet essai, m’a fait revenir à l’esprit le titre d’un film italien remontant à plusieurs dizaines d’années, avec Ugo Tognazzi dans le rôle-titre : La Tragédie d’un homme ridicule – pas le film lui-même, juste le titre. »

 

Pourtant l’histoire de mon ancien ami n’est même pas une tragédie, quant à savoir s’il était ou est quelqu’un de ridicule : voilà déjà une chose qui pour moi n’est pas claire et ne semble pas vouloir s’éclaircir ; et une fois encore malgré moi je dis et j’écris maintenant : « Puissent les choses rester ainsi ! »

 

Un autre film m’est encore revenu à l’esprit avant que je me mette en chemin vers ma table. Cette fois, ce n’était pas le titre mais l’une des scènes du début, si ce n’est la scène du tout début. Il s’agissait – une fois encore… – d’un western de – bien deviné – John Ford ; et James Stewart, qui joue le célèbre shérif Wyatt Earp, cela semble se passer bien longtemps après ses aventures à Tombstone devenues entre-temps légendaires, est assis au début de l’histoire, désœuvré et songeur comme seul sait l’être James Stewart, sous la véranda de son bureau de shérif à l’abri du soleil du Sud, du Texas ?, ne faisant rien d’autre que de laisser passer le temps, apparemment aussi paisible que résolu, son chapeau à larges bords à moitié ramené sur les yeux, situation à la fois enviable et contagieuse. Mais ensuite, sinon ce ne serait évidemment pas un western, départ pour une nouvelle aventure, plutôt à contrecœur au début et, si je me souviens bien, uniquement motivée par l’appât du gain, et la direction est plutôt celle du Nord que du vaste Ouest. Et pourtant par la suite, surtout à la fin de l’histoire : toujours cette façon évidente d’intervenir, cette attention douce, cette présence d’esprit tranquille et généreuse, comme seul James Stewart, une fois de plus, a su l’exprimer et continue de l’exprimer. Non seulement « Two Rode Together », pour rependre librement le titre du film, le second cavalier étant Richard Widmark : beaucoup plus d’hommes chevauchaient ensemble à la fin, beaucoup, si ce n’est (presque) tous. Pourquoi m’est justement revenu à l’esprit le début de ce film, les jambes allongées et bottées du shérif à la nonchalance contagieuse, qui ne remue même pas le petit doigt, livrant avec aplomb le soi-disant gardien de l’ordre aux rires, oui, libérateurs, avant le départ, oui, pour ma table.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

essai-sur-le-fou-de-champignons-une-histoire-en-soi-peter-handke

6586