Extrait

Encore vivant
de Pierre Souchon

Le 28/05/2018 à 11:11 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Pierre Souchon

Rouergue

16/08/2017

9782812614347

288

19.80 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782812614347

Editeur : Rouergue

Prix grand format : 19.80 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782812614514

Editeur : Éditions du Rouergue

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Alors qu'il vient de se marier avec une jeune femme de la grande bourgeoisie, l'auteur, bipolaire en grave crise maniaco-dépressive, est emmené en hôpital psychiatrique. Enfermé une nouvelle fois, il nous plonge au coeur de l'humanité de chacun, et son regard se porte avec la même acuité sur les internés, sur le monde paysan dont il est issu ou sur le milieu de la grande bourgeoisie auquel il se frotte. Il est rare de lire des pages aussi fortes sur la maladie psychiatrique, vue de l'intérieur de celui qui la vit. Ce récit autographique est le premier livre publié par Pierre Souchon, journaliste au Monde diplomatique et à L'Humanité.

 

Premier chapitre

À ma mère qui a renversé toutes les montagnes

 

 

« Le changement social le plus spectaculaire et le plus lourd de conséquences de la seconde moitié de ce siècle, celui qui nous coupe à jamais du monde passé, c’est la mort de la paysannerie. Car, depuis le néolithique, la plupart des êtres humains avaient vécu de la terre et du bétail ou de la pêche. »

Eric Hobsbawm

 

 

Prologue

 


La soirée avait drôlement commencé, au centre d’hébergement.

– Vous voulez un café, monsieur ?

Derrière son guichet en bois peint, le mec de la Croix-Rouge me sourit.

– Oui, s’il vous plaît.

– Tenez.

Je mets un sucre dans ma tasse… Un type couché en travers de ma route pose la main sur son jean. Il le remonte… jusqu’au genou… Bordel de lame. Une grande lame enfoncée dans sa santiag, le manche au niveau du mollet.

– Restez où vous êtes, monsieur, ou on appelle la police, le bénévole me prévient.

– Vous vous foutez de ma gueule ?

Je lui fonce dessus.

– L’autre, là, il a une lame comme ça, quand je me pointe il me la montre, et vous voulez que je me calme ? Mais appelez-les ! Appelez-les, ces putains de flics ! Je vais leur dire ce qui se passe ici ! J’ai rien à me reprocher !

– Calmez-vous, monsieur, calmez-vous…

Plusieurs types se lèvent. Ils me montrent du doigt… L’autre avec son couteau s’approche, s’approche de moi, il le sort de sa botte BOUMMMM ! La porte vole, trois Gitans sont sur moi « Sors ! », ils hurlent, « Dégage ! Vite ! » Je sors comme une furie pieds nus, en tee-shirt, un type sur mes talons. Je cours, et il court aussi, juste derrière, et il y a la peur qui monte, je me retourne, je le vois se rapprocher, avec sa lame, et je sais que je pourrai rien faire. Je sens que je vais claquer là, alors d’un bond, dans une rue qui monte, je saute sur un mur. Il y a cinquante mètres de vide, mais surtout un grand arbre, un buis immense – j’arrache très vite une énorme branche pour faire un pieu. Il suit pas, l’autre au surin, quand il me voit avec ma branche deux mètres au-dessus de lui. Il repart vers le foyer, en se retournant de temps en temps, tranquillement. Je me détends.

Ça va mieux maintenant, mais c’est le bordel : j’ai compris. Je suis en enfer. Et les autres peuvent revenir. Faut que je me tire. Je descends de mon mur doucement… J’ai besoin de protection. Pas loin, je sais qu’il y a la place Jean-Jaurès. Et sa statue. Là, je serai à l’abri.

Je me mets en marche. Y a personne, dans les rues. C’est 4 heures du matin. Et puis d’un coup Jaurès s’élève, menton haut, regard vers l’horizon. Je monte les marches pour me mettre sur ses pieds, et je l’étreins. Ils peuvent venir me chercher, le diable et ses copains, toutes les saloperies de l’enfer, ils peuvent toujours essayer : Jaurès me protège. Et avec lui, les mineurs de Carmaux. Et avec lui, le grand souffle ouvrier et combattant. Brel est dans le coin, pas très loin, il fredonne « Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? » Je trouve ça très con, parce qu’il est bien vivant. Qu’est-ce qu’il est froid, par contre. Il me réchauffe moyen, tout en bronze. Comme je le tiens ferme, j’ai les mains gelées, et bientôt les bras, et puis les pieds. C’est peut-être parce que j’ai faim. Alors je commence à manger la branche de buis que j’ai, les feuilles, le petit bois, et ça fait taire un peu mon estomac même si j’ai la salive toute verte.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

encore-vivant-pierre-souchon

6808