Extrait

De rêves et de papiers ; 547 jours avec les mineurs isolés étrangers
de Le Berre, Rozenn

Le 15/02/2017 à 08:47 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Le Berre, Rozenn

La Decouverte

12/01/2017

9782707193483

204

16 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782707193483

Editeur : La Decouverte

Prix grand format : 16 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782707195180

Editeur : La Découverte

Prix grand format : 11.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
" Je implore toi s'il vous plaît dormir couloir. " Ces mots, Mirjet ne me les dit pas. Il les écrit en albanais sur l'ordinateur et c'est Google Traduction qui me les dit. C'est plutôt marrant d'habitude, les traductions déformées par le logiciel. Là, ce n'est pas drôle du tout. Mirjet dit avoir dix-sept ans, mais tant qu'il n'est pas reconnu mineur isolé étranger, je ne peux pas lui trouver un hébergement.

 

Premier chapitre

Avertissement


Les histoires relatées ici sont authentiques. Elles sont arrivées et continuent d’arriver tous les jours en France. Elles prennent place dans un bureau où sont accueillis les jeunes qui se présentent comme mineur isolé étranger, un statut garantissant la scolarisation, l’hébergement et surtout le droit de rester en France. Dans ce bureau, ils doivent convaincre qu’ils ont moins de dix-huit ans et qu’ils sont en France sans leurs parents. S’ils y parviennent, ils sont reconnus mineurs isolés étrangers et pris en charge par les conseils départementaux, via l’Aide sociale à l’enfance. Sinon, ils deviennent sans-papiers. J’ai travaillé durant dix-huit mois avec ces jeunes.

L’histoire de Souley, elle, est librement inspirée de celles de plusieurs jeunes que j’ai rencontrés dans ce bureau et à l’extérieur, après la fin de mon contrat.

Pour préserver l’anonymat des personnes, les prénoms ainsi que quelques détails ont été modifiés.

En 2015, selon les données du ministère de la Justice, 5 990 jeunes ont été déclarés mineurs isolés étrangers.

 

 

I


Rêves

 

 

Comme des petits cailloux gelés

 

Google Traduction


« Je implore toi s’il vous plaît dormir couloir. » Mirjet est fatigué. Il me demande de lui trouver un hébergement. Mais toutes les chambres sont prises. Tant qu’il n’est pas reconnu mineur, je ne peux rien pour lui. Ces mots, il ne me les dit pas. Il les écrit en albanais sur l’ordinateur et c’est Google Traduction qui me les dit. C’est plutôt marrant d’habitude, les traductions déformées par le logiciel. Là, ce n’est pas drôle du tout.

« Je implore toi s’il vous plaît dormir couloir. » L’écran reste blanc, rude, impassible. Je lui en veux d’oser m’écrire de tels mots sans trembler. La tristesse, la fatigue et la colère s’unissent pour former des larmes au fond des yeux bleus de Mirjet. Quand il claque la porte du bureau en sortant, résigné, j’ai l’impression d’être aussi exténuée que lui. Et, comme souvent, je me demande ce qui m’a pris d’accepter ce travail.

 

 

Mannequin


Trois petits coups résonnent sur la porte tout juste claquée par Mirjet. Il est 14 heures, nous avons rendez-vous avec une jeune fille. Mathilde, dix-sept ans, le sourire timide et le regard un peu fuyant. De jolis cheveux au garde-à-vous sur le sommet de son crâne, une petite douleur au fond des yeux. Une fossette creusée dans sa joue, l’air de rien, comme la marque finale de l’artiste qui a créé ce visage de poupée.

Fragile, Mathilde. Pourtant, personne n’a pris soin d’elle. Son cousin l’a brisée, le jour où il a perforé son corps d’enfant. Mathilde avait douze ans. Ce n’est pas un âge pour sentir une vie gonfler dans son ventre. Son corps trop petit s’est déchiré. Quelque part à Brazzaville, une enfant a donné naissance à un enfant. Le bébé a grandi, sans savoir que sa mère n’avait que douze ans de plus que lui, et il a pris petit à petit les traits de son père. Les voisins ont commencé à parler. Les langues accusatrices se sont déliées. Et si le cousin de Mathilde était aussi le père de l’enfant ? Cet homme a menacé le bébé. Il devra disparaître, sinon il le tuera. Mathilde a placé son bébé dans un bus, donné l’adresse d’une tante à un des passagers, en espérant qu’il y emmène le petit. Puis le cousin de Mathilde l’a éloignée de sa vie. Il a payé un passeur pour envoyer la petite en Europe.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

de-reves-et-de-papiers-547-jours-avec-les-mineurs-isoles-etrangers-le-berre-rozenn

6384