Extrait

Dans les pas du fils
de Renaud ; Francois, Tom

Le 19/06/2017 à 09:09 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Renaud ; Francois, Tom

Kero

18/05/2016

9782366582093

242

17.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782366582093

Editeur : Kero

Prix grand format : 17.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782366582109

Editeur : Kero

Prix grand format : 6,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Entre Renaud et son fils Tom, c’est l’incompréhension. À 17 ans, l’adolescent semble glisser sur une mauvaise pente : échec scolaire, violence, drogue… Une crise que traversent de nombreux parents. Convaincu que son fils doit rompre avec son environnement toxique, Renaud lui propose une aventure extraordinaire : la traversée à cheval et à deux des steppes d’Asie centrale, aux confins du Kirghizstan. Pendant trois mois, le père et le fils vont franchir des montagnes, traverser des déserts, rencontrer des personnages insolites, reproduire les gestes simples des nomades… Surtout ils vont vivre une incroyable aventure humaine au cours de laquelle ils seront obligés de compter l’un sur l’autre. Chacun avec un objectif : pour Renaud, aller à la rencontre de son fils ; pour Tom, découvrir un père pour, à son tour, devenir un homme.

 

Premier chapitre

Avec ton père tu connais le peuple, avec ton cheval tu connais le territoire.

Proverbe kirghize

 

 

I


T’es qu’un con…

 

 

Tom


Comme souvent à Biarritz, il pleut. C’est plutôt mauvais signe. Si mes parents ont décidé de venir ensemble me chercher à la sortie du lycée, c’est encore plus mauvais signe ! Ils sont séparés depuis longtemps et mon père fait rarement le voyage de Paris. Je sens que ça va chauffer. Il a garé sa voiture sur le parking. J’aurais préféré qu’on se retrouve à la maison. Il m’ordonne de monter. Ma mère est restée assise à la place du conducteur. Ni bonjour ni bonsoir, elle fait la gueule. Je n’aime pas ça. Je m’installe à l’arrière à côté du chien, claque la portière et me fais discret. Nous partons sans un mot vers le parking de la grande plage. Là, on s’arrête et mon père place sa mini-caméra sur le tableau de bord de la voiture pour enregistrer notre discussion. Je déteste sa manie de vouloir tout filmer. C’est ridicule. Je me cale sur le côté du siège pour ne pas entrer dans le champ de la caméra. C’est lui qui commence :

« Tom, nous venons de rencontrer la CPE, tu fous rien à l’école, tes profs ne savent plus comment faire. Au hockey, tu viens d’être mis à pied. Ta mère m’a appelé récemment. Elle n’en peut plus : à la maison, tu deviens violent et tu fumes quotidiennement des pétards. Tu ne peux pas continuer comme ça, sinon tu vas te casser la gueule. Au final, c’est douloureux pour nous… Dis ? Tu m’entends ? »

Je ne réponds pas, ma mère se tait, alors il poursuit son baratin :

« Depuis deux ans, on a tout essayé : on a été d’abord compréhensifs, on a tenté d’aller dans ton sens, puis on a été sévères. Rien n’a marché. Je me dis parfois : Tom, tu dois être super malheureux… »

Silence dans la voiture.

Mon père reprend sur le même ton inquisiteur :

« Il paraît que tu fumes de plus en plus de pétards.

— Tout le monde en fume.

— J’ai dit : de plus en plus.

— C’est faux.

— Arrête de mentir. Le mensonge est maintenant constant dans toute ta vie. Tu mens sur tout : les dates de tes contrôles, ta présence au hockey, ta consommation d’herbe…

— C’est faux.

— Écoute, on n’est pas là pour t’empêcher de vivre, mais tu es en train de creuser le trou dans lequel tu glisses… Franchement, Tom, entre nous, as-tu l’impression de prendre le bon chemin pour devenir adulte ? Je ne te comprends pas : tu es intelligent, tu as toutes les capacités pour réussir et tu te sabordes.

— J’en ai rien à foutre. Vous m’emmerdez.

— Change de ton, s’il te plaît…

— J’ai envie de rentrer, je veux aller dans ma chambre. Je suis fatigué. »

Ma mère se retourne, me jette un regard noir.

« Tu ne fais rien à l’école. Tu ne respectes personne. Tu es violent. »

Mon père trifouille sa petite caméra pour bien me mettre dans le champ de l’objectif, je me planque un peu plus derrière le dossier de la banquette. Je ne veux pas être filmé. Je pousse le chien pour qu’il soit dans l’axe. Mon père se retourne.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

dans-les-pas-du-fils-renaud-francois-tom

6455