Extrait

Crime impuni aux monts Wuyi
de Jiahong He

Le 05/12/2013 à 13:55 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Jiahong He

Editions De L'Aube

policier & thriller (grand format)

06/09/2013

9782815905886

400

21.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782815905886

Editeur : Editions De L'Aube

Prix grand format : 21.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782815905893

Editeur : Editions de l'Aube

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Monts Wuyi, sud-est de la Chine: six copains de fac se retrouvent trente ans après leurs études dans un hôtel de rêve. Le lendemain, l’un d’eux meurt, empoisonné au Furadan. L’enquête démarre en trombe… et se casse le nez: le coupable présumé est déclaré innocent, faute de preuves suffisantes. Pour s’approcher de la vérité, il faudra aller jusqu’à Aix-en-Provence en passant par Genève. Une plongée impressionnante au cœur du système judiciaire chinois. « J’ai trouvé le roman du professeur He à propos de cette affaire criminelle non résolue débordant d’ingéniosité. Il m’a fait retrouver le plaisir et la joie de lire de mes jeunes années. » Mo Yan, prix Nobel de littérature. « He Jiahong se révèle un auteur drôle et cultivé, séduisant et inquiétant à la fois. À suivre. » Dinah Brand, Lire. "Un polar d'une riche subtilité, captivant du début au dénouement" Claude Lenocher, Action Suspense et ABC Polar.

 

Premier chapitre

Note préliminaire

  

 

Présumé innocent

 

 

 

 

Lors d’un procès au pénal, la personne mise en accusation, quelle qu’elle soit, doit d’emblée être présumée non coupable avant de pouvoir être condamnée pour crime. Il revient ensuite au ministère public de faire la preuve de sa culpabilité. L’accusé n’a aucune obligation, quant à lui, de prouver qu’il est innocent ou coupable. Si le ministère public ne peut apporter les preuves dignes de foi susceptibles de déterminer la culpabilité pleine et entière de l’accusé, la Cour doit le déclarer non coupable.

En résumé, suspicion ne vaut pas condamnation, et le doute profite à l’accusé.

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre I. Le moine taoïste

 

 

 

Dans l’après-midi du 30 avril 1998, un bus de marque « Feng Tian » circulait sur la route du Nuage noir dans la région touristique de Wuyishan, celle des monts Wuyi ; à son bord, six passagers, trois hommes et trois femmes, tous d’une cinquantaine d’années : au premier rang, un homme du nom de Zhao Menglong, professeur universitaire de droit, avec, à ses côtés, une poétesse jouissant d’une petite renommée, Qian Mingsong ; au second rang, Sun Feihu, sous-chef du département administratif de la Culture, en compagnie de Li Yanmei, spécialiste de la doctrine bouddhiste ; derrière eux, Zhou Chiju, un négociant en pierres précieuses qui se rend souvent aux frontières du Yunnan avec la Birmanie, et Wu Fengzhu, enseignante en esthétique.

Ces six condisciples et amis avaient, dès les grandes vacances de leur première année d’université, fait ensemble une excursion à Wuyishan. Ensuite, la vie les avait séparés, chacun allant son chemin, un chemin semé d’embûches pour certains alors que d’autres avaient eu le vent en poupe ; une vie banale pour les uns, la grande vie pour les autres. Trente années s’étaient écoulées et, au moment de se retrouver, leurs sentiments étaient partagés entre crainte et émotion. Sun Feihu avait épousé Li Yanmei ; Zhou Chiju et Wu Fengzhu étaient également mari et femme ; Zhao Menglong et Qian Mingson pour leur part étaient restés célibataires. L’automne précédent, lors de la réunion des anciens, ils avaient décidé de refaire ensemble le voyage de Wuyishan, à la recherche du temps perdu et de leur jeunesse passée. Mais le temps n’était plus où leurs cœurs battaient à l’unisson.

Wuyishan, ce sont des montagnes couleur de feu et des eaux d’un vert limpide, d’épaisses forêts et des grottes profondes, des fleurs et des herbes d’exception, des oiseaux et autres espèces d’animaux rarissimes. Mais ce qui en fait la renommée, ce sont surtout ses nuages aux mille et une formes, changeants et énigmatiques. Tantôt, on les voit comme une mer ou en forme de dragon ; tantôt, on y voit l’image du Bouddha tel un mirage, un spectre de Brocken ou une lumière céleste ; ou alors, ce sont des spirales de nuées roses ou des bouffées de fumée. Les plus chanceux peuvent se remplir les yeux du spectacle de ces nuages empourprés, rouges, orangés, blancs, gris et noirs qui passent tous ensemble au-dessus des cimes dans le ciel crépusculaire.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

crime-impuni-aux-monts-wuyi-jiahong-he

2309