Extrait

Chambre simple ; refaire l'amour
de Jérôme Lambert

Le 09/01/2018 à 14:36 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Jérôme Lambert

L'Iconoclaste

03/01/2018

9791095438564

180

17 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9791095438564

Editeur : L'Iconoclaste

Prix grand format : 17 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Un livre choral dans le huis-clos d'une chambre d'hôpital. Un roman générationnel.

Un homme reprend connaissance dans une ambulance. C'est un habitué de ce genre de voyage. Car le mal dont il souffre est chronique, sourd ; son épilepsie l'entraîne régulièrement dans de violentes chutes.
A chaque crise, son corps et sa tête se détraquent un peu plus. Ses pensées sont ralenties, le temps est suspendu. Et il reprend le chemin de cette île qu'est l'hôpital dans un état second, entre rêve, cauchemar, et lucidité.
Autour de lui, infirmiers, médecins, aides- soignants, s'affairent. Ceux qui sont debout prennent la parole, tel un choeur antique.
Ils montrent ce lieu où l'on passe, où l'on souffre, mais aussi, où tout redevient possible. Car Roman, l'ancien compagnon du patient, est lui aussi près de lui et cette parenthèse dans ce lieu coupé du monde leur offre une chance : celle de revenir sur leur histoire.

 

Premier chapitre

À Raphaël, qui sait à la fois relire un manuscrit

et refaire un amour.

 

 

Room with my soul left out,

room that does not care.

Bruce Nauman

 

C’est une autre saison

Qu’il nous faudrait pour de bon

Pour repartir, mon amour,

Le cœur moins lourd.

Josef Salvat

 

 

Le Patient


J’ai repris conscience sur le brancard d’une ambulance ou d’une voiture de pompiers, je ne sais plus.

Comment vous appelez-vous Vous savez où vous êtes Quelle heure est-il Ça vous est déjà arrivé Quel âge avez-vous Restez avec nous s’il vous plaît, Ne vous endormez pas Vous habitez loin d’ici Quel jour sommes-nous Prenez ma main (je serre sa main, je garde sa main, j’écrase sa main) D’accord, mais en quelle année Pouvez-vous me dire – et ils répétaient mon nom – en quelle année nous sommes ?

J’avais bon à tout et j’ai flanché sur l’année.

Peut-être par épuisement puisque tout m’épuisait.

Peut-être parce que leur harcèlement m’agaçait.

Peut-être qu’un neurone n’a pas fait son boulot.

Vous avez deux ans de retard, a dit le grand type à la main large assis à ma droite, un détail (laisse ta main sur la mienne comme une amarre de chair et de pulpe). Il a réglé mon cas d’une croix sur son écriteau de plastique rouge en souriant. Un clin d’œil quand il me recolle le masque sur le bas du visage, l’odeur du caoutchouc neuf qui envahit mes narines, l’oxygène qui fonce droit au cerveau.

J’étais trop calme, mais je n’avais ni le choix, ni la force ni l’envie de lutter.

Après je ne sais pas.

Après c’est l’hôpital.

 

 

« Il y a des antécédents dans votre famille ? »

 

Ce n’est plus un test, c’est une vraie question de docteur. Terminé le chaos de l’ambulance, je suis en consultation, allongé dans le calme étourdissant d’un hôpital où on me réclame une information. Je suis donc vivant sous des néons qui brûlent ma rétine. Ça sent le désinfectant et les haleines aseptisées. Il faut répondre et dire la vérité car mentir peut me coûter la vie. Pourtant j’hésite. Tant que je ne réponds pas, j’ai le pouvoir. Une fois que la réponse passera de leur côté, ils décideront, je n’aurai plus voix au chapitre, je serai passif, je ne serai plus rien.

Je peux dire « oui, ça m’est déjà arrivé », mentionner mes aïeux atteints, expliquer la malédiction des cellules ; ils hausseront les épaules et lèveront les sourcils : « Ah, c’est familial, je comprends mieux. » L’affaire sera réglée, je serai de ceux qui portent la tare et mon cas s’en trouvera amoindri. On m’a déjà fait le coup. Pour un hallux valgus : « Ma grand-mère appelait ça des oignons, eh bien c’est ce que vous avez et qui déforme vos pieds, vous voyez, ce n’est pas grave, une paire de semelles orthopédiques sur mesure et le tour est joué, c’est héréditaire, plus fréquent chez les femmes mais apparemment vous n’avez pas de chance. » Voix bonhomme, voix fausse, voix lassée des maux bénins, fatiguée de son métier, voix de connard.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

chambre-simple-refaire-l-amour-jerome-lambert

6658