Extrait

Calendar Girl ; Mars
de Audrey Carlan

Le 05/09/2017 à 10:59 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Audrey Carlan

Hugo

02/03/2017

9782755629149

9.95 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782755629149

Editeur : Hugo

Prix grand format : 9.95 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782755627787

Editeur : Hugo Roman

Prix grand format : 5,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Avant de s'envoler vers sa prochaine mission, Mia fait un petit séjour à Las Vegas où elle retrouve sa soeur et sa meilleure amie. Elle en profite pour aller rendre visite à son père qui est toujours dans le coma.Elle a rendez-vous avec son usurier pour lui remettre le deuxième versement, et cette rencontre n'est pas des plus sympathiques ! Mais la voilà à nouveau dans un avion, direction Chicago, pour y retrouver le bel Anthony Fasano, propriétaire d'un restaurant italien.
(trad. Robyn Stella Bligh)

 

Premier chapitre

CHAPITRE PREMIER

 

J’ai à peine posé un pied sur le sol carrelé de l’aéroport de Las Vegas que je suis écrasée entre deux corps – l’un grand et mince, l’autre petit et robuste. Mes narines sont assaillies par des odeurs de chewing-gum à la menthe et de cerise. Les deux corps m’entraînent avec eux en sautillant, pleins d’énergie, et en criant pour exprimer leur joie. On dirait les hyènes qu’Alec et moi avons vues rire dans leur cage au zoo.

– Bon sang, ta tronche m’a tellement manqué ! s’exclame Gin avant de m’embrasser sur la bouche.

Tiens, voilà le chewing-gum à la menthe. Elle est vite poussée de côté par Maddy, ma petite sœur, qui me serre fort dans ses bras minces. Et voilà les cerises. Elle a toujours senti la cerise, depuis qu’elle est toute petite – je ne me suis jamais vraiment demandé pourquoi. Comme beaucoup de choses, j’ai toujours accepté que ce soit ainsi. J’ai beau être l’aînée, à côté d’elle, je me sens petite avec mon mètre soixante-douze, comparé à son mètre quatre-vingts. À dix-neuf ans, Maddy n’a pas encore toutes les courbes que j’avais à son âge, mais elle est superbe. Elle semble avoir un formidable métabolisme qui la maintient maigre comme un clou – petite veinarde.

Elle me regarde, les larmes aux yeux, et je prends son visage dans mes mains.

– Tu es la plus belle fille du monde, mais seulement quand tu souris.

– Tu dis toujours ça, répond-elle en souriant enfin.

À mes yeux, aucun sourire n’est aussi beau que le sien.

– Parce que c’est vrai. Tu l’es, n’est-ce pas qu’elle est la plus belle, Gin ?

Gin éclate une bulle de chewing-gum et me prend par le coude.

– Ouaip. Allez, on s’arrache !

J’éclate de rire et je me sens infiniment mieux, toute ma tension a disparu d’un coup. Bon sang, ça fait du bien de rentrer à la maison.

– Où est la voiture de papa, Mads ? je demande en fourrant mon sac dans le coffre de la voiture de Gin avant de m’installer sur le siège passager.

Maddy s’installe à l’arrière de la Hyundai de Ginelle et entortille une mèche de cheveux autour de son index.

– Hum…

Elle regarde par la vitre, je vois bien qu’elle prépare sa réponse.

– Qu’est-ce qui se passe avec la voiture de papa ?

– Rien de grave, soupire-t-elle.

Elle continue de jouer avec ses cheveux et s’étale sur la banquette arrière. À l’évidence, elle ne veut rien me dire.

– Dis-lui, Mads, gronde Ginelle.

Maddy rouspète et se redresse. Elle ferme les yeux, et lorsqu’elle les rouvre, je découvre un regard éclatant de détermination.

– Les mecs qui ont cassé la gueule à papa ont aussi abîmé sa voiture.

– Quoi ?! Pourquoi tu ne m’as rien dit ? je m’exclame, folle de rage.

– C’est juste que…

– Que quoi ? Comment tu fais pour aller à la fac ?

– En général, je prends le bus, quelquefois Ginelle m’emmène, dit-elle en regardant ma meilleure amie qui lui sourit. Et parfois Matt, le mec dont je te parlais, passe me prendre ou me ramène. Il dit qu’il est prêt à m’aider autant qu’il le peut.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

calendar-girl-mars-audrey-carlan

6522