Extrait

Calendar girl ; juin
de Carlan, Audrey

Le 11/09/2017 à 10:04 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Carlan, Audrey

Hugo

juin 2017

9782755629170

9.95 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782755629170

Editeur : Hugo

Prix grand format : 9.95 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782755627817

Editeur : Hugo Roman

Prix grand format : 5,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Voilà Mia dans la capitale, Washington, DC. Elle n'est pas très enthousiaste sur sa mission du mois, puisqu'elle doit jouer la compagne de Warren Shipley, un homme âgé et surtout l'un des plus riches businessmans des Etats-Unis. Elle doit lui servir de faire valoir vis-à-vis des hommes d'affaires qu'il veut approcher.Mais elle va vite changer d'avis lorsqu'elle est accueillie par Aaron Shipley le fils de Warren. (trad. Robyn Stella Bligh)

 

Premier chapitre

CHAPITRE PREMIER

 

Lorsque je sors de l’aéroport, je découvre un ciel gris, pas du tout ce à quoi je suis habituée après un mois à Hawaï. L’air est oppressant et si humide que mes vêtements me collent comme une seconde peau.

Je balaie des yeux la rangée de voitures noires garées le long du trottoir et je vois un homme qui tient une pancarte sur laquelle est écrit mon nom.

– Je suis Mia Saunders, dis-je en lui serrant la main.

– Je suis James, votre chauffeur. C’est moi qui vous conduirai où vous le souhaitez durant votre séjour chez les Shipley.

Il prend ma valise et la met dans le coffre avant d’ouvrir ma portière. Je grimpe dans la voiture en faisant de mon mieux pour que mes cuisses en sueur ne laissent pas de traces sur le cuir. La jupe ample que j’ai choisie pour voyager m’a paru une bonne idée sur le moment, mais j’aurais mieux fait de mettre mon legging habituel. J’essuie mes mollets avec mes mains.

– Il fait toujours aussi humide au mois de juin ? je demande en sortant mon téléphone de mon sac pour l’allumer.

– Il faut s’attendre à tout. Il peut faire trente-cinq degrés et lourd comme aujourd’hui, pleuvoir des cordes, ou bien la météo peut être parfaite. Vous aurez sans doute droit à un peu de tout ce mois-ci. Cela dit, il fait anormalement chaud cette année.

Mon téléphone s’allume et se met à sonner avec tous les messages que j’ai reçus pendant le vol.

 

À : Mia Saunders

De : Samoan Sexy

Frangine, faut que tu m’expliques. Tu m’as planté. Pas cool.

 

Je lis les messages suivants, découvrant que Taï ne s’est pas calmé après son premier message.

 

À : Mia Saunders

De : Samoan Sexy

Ton cadeau… je suis sans voix.

 

À : Mia Saunders

De : Samoan Sexy

Je suis furieux de ne pas avoir eu de baiser d’adieu.

 

Je m’empresse de lui répondre.

À : Samoan Sexy

De : Mia Saunders

Embrasse la femme de ta vie, elle guérira tous tes maux.

 

Je ricane de façon très peu féminine, et le chauffeur me regarde dans le rétroviseur. Il hausse les sourcils, mais je secoue la tête et me concentre sur mes autres messages.

 

À : Mia Saunders

De : Wes Channing

Tu vas me reparler un jour ? Ça fait un mois. Ne m’oblige pas à te courir après.

 

En deux secondes, je rédige le message le plus désinvolte et froid que j’aie jamais écrit.

 

À : Wes Channing

De : Mia Saunders

Je suis certaine que Gina a su t’occuper. Je vous ai vus vous rouler des pelles en couverture d’un magazine people.

 

Après vingt minutes passées à ressasser mon irritation et à regarder mon téléphone toutes les deux secondes, il répond enfin. Par « il », je veux dire Wes, pas Taï, mais je l’ignore, m’efforçant de rester cool, préférant repenser à mon Samoan sexy.

Taï doit être en train de se préparer pour son premier rencard avec Amy. Mon cœur bat plus fort en repensant à la manière dont leurs chemins se sont croisés… littéralement. Amy a carrément atterri sur ses genoux ! Bon sang, j’espère que c’est bien la bonne. Je prendrai des nouvelles de Taï dans une semaine pour savoir où ils en sont. Quelque chose me dit qu’Amy est l’amour de sa vie. Quant à moi, je ne sais pas quand je vais trouver le mien. Ce qui est certain, c’est que ce ne sera pas avant la fin de cette année.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

calendar-girl-juin-carlan-audrey

6534