Extrait

Calendar Girl ; juillet
de Carlan, Audrey

Le 12/09/2017 à 17:38 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Carlan, Audrey

Hugo

06/07/2017

9782755629187

154

9.95 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782755629187

Editeur : Hugo

Prix grand format : 9.95 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782755627824

Editeur : Hugo Roman

Prix grand format : 5.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Direction Miami, où Mia est engagée pour jouer dans le clip d'un artiste de hip-hop ultra-populaire. Il l'a choisie pour sa beauté incroyable et parce que sa popularité a une valeur inestimable.
Anton Santiago, ou plutôt Latin Lov-ah de son nom de scène, a la beauté du diable, un corps de rêve, danse comme un dieu et met toutes les femmes dans son lit. Il est joueur, brute, et Mia ne rêve que de s'allonger dans son lit. Il l'attire énormément et elle pense aussi que tomber dans ses bras lui changera les idées. Elle a été engagée pour jouer les séductrices mais, au bout du compte, c'est elle qui est tombée sous le charme du latin lover.
(trad. Robyn Stella Bligh)

 

Premier chapitre

CHAPITRE PREMIER

 

Cheveux blonds. Yeux bleus. Jambes infinies. C’est une déesse. Doux Jésus. L’univers se moque de moi. Je suis plantée devant ce mannequin que je reluque de haut en bas. Je trouvais Rachel canon, mais elle est presque quelconque à côté de cette fille.

La bombasse se tient devant une Porsche Boxster noire, et elle n’arrête pas de gigoter, comme si elle était nerveuse. Ses doigts tapotent la pancarte sur laquelle est écrit mon nom. Elle déplace son poids d’un talon de douze centimètres sur l’autre et, si tant est que ce soit possible, elle semble encore plus féroce et agacée. Cela fait peut-être un moment qu’elle attend dans cette chaleur écrasante. Cela dit, elle ne semble pas en souffrir autant que moi. Elle est vêtue d’un jean si moulant que je devine chaque courbe délicieuse de ses fesses. Son débardeur révèle une poitrine de rêve que je ne peux m’empêcher de mater d’autant plus que l’inscription « HUG ME AND DIE1 » est inscrite dessus en grosses lettres noires. Elle porte au moins dix colliers de longueurs et formes différentes, et ses cheveux de rockstar sont attachés en un mélange de boucles et de mèches tombantes qui a l’air carrément chic.

Cela fait plusieurs longues minutes que je l’inspecte lorsqu’elle pose les yeux sur moi. Elle soupire en gonflant les joues, jette la pancarte à l’intérieur de sa voiture et vient vers moi. Elle étudie mes cheveux noirs bouclés, ma robe, puis mes sandales.

— Ça ne va pas du tout, déclare-t-elle d’un air exaspéré. Allez viens, le temps c’est de l’argent, ajoute-t-elle en tournant les talons.

Le coffre s’ouvre tout seul et j’y dépose ma valise.

— Je suis Mia, au fait.

Je lui tends la main alors qu’elle met des lunettes de soleil aviateur ultra-cool. Elle tourne la tête pour me regarder par-dessus les verres foncés.

— Je sais qui tu es, c’est moi qui t’ai choisie, répond-elle sur un ton blasé.

Elle fait démarrer la voiture et accélère sans attendre que je me sois attachée. Je pars brusquement en avant et je dois m’accrocher au tableau de bord en cuir.

— J’ai fait quelque chose pour t’agacer ? je demande en la regardant.

Elle vide tout l’air de ses poumons et secoue la tête.

— Non, grogne-t-elle. Je suis désolée. C’est Anton qui m’a énervée. J’étais occupée quand il m’a dit de venir te chercher. Apparemment, il avait besoin de notre chauffeur pour se taper deux petites groupies à l’arrière du 4x4.

Super. Il semblerait que mon nouveau patron soit un véritable pervers. Pas déjà, s’il vous plaît !

— Ça craint.

Elle tourne à droite pour s’insérer sur l’autoroute.

— On peut repartir à zéro ? demande-t-elle d’une voix sincèrement désolée. Je suis Heather Renee, l’assistante personnelle d’Anton Santiago, l’artiste hip-hop le plus branché du pays.

— Waouh, c’est vrai ?

Mince. Moi qui suis plus branchée rock alternatif que hip-hop, je n’avais pas réalisé à quel point il était connu.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

calendar-girl-juillet-carlan-audrey

6540