Extrait

Calendar Girl ; août
de Audrey Carlan

Le 13/09/2017 à 12:48 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Audrey Carlan

Hugo

06/07/2017

9782755629194

156

9.95 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782755629194

Editeur : Hugo

Prix grand format : 9.95 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782755627831

Editeur : Hugo Roman

Prix grand format : 5.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Mia a toujours été très douée pour prétendre être quelqu'un qu'elle n'est pas, et cette faculté va bien lui servir pour sa prochaine mission. Cette fois, c'est au Texas que Mia se retrouve, auprès d'un magnat du pétrole, Maxwell Cunningham. Son père est décédé récemment et a laissé une bombe dans son testament. Il a légué 49% de sa fortune à une jeune femme, la soeur de Maxwell, dont ce dernier n'a jamais entendu parler et qui répond au nom de... Mia Saunders. Il est précisé que Maxwell a un an pour retrouver cette soeur, ou il perdra son empire au profit d'un groupe d'investisseurs peu scrupuleux. Or, il a trouvé Mia...
Mia arrive donc dans cette famille de cow-boys, prétendant être quelqu'un qu'elle n'est pas et roulant dans la farine tous les gros bonnets qui tournent autour de la fortune de Maxwell. Elle va s'attacher plus que de raison à cette famille sympathique, qui l'accueille à bras ouverts. Elle aura du mal à repartir...
(trad. Robyn Stella Bligh)

 

Premier chapitre

CHAPITRE PREMIER

 

Je suis à peine sortie de l’aéroport que des bras me soulèvent et me font tournoyer dans les airs. Des lèvres moites se posent sur les miennes et je baigne dans le soleil, l’océan et le parfum de mon homme. Je ne saurais dire si je suis détendue ou excitée. Je suce la lèvre inférieure de Wes comme une sangsue, affamée, désespérée de le sentir tout entier sur moi.

Enveloppe-moi. C’est ma seule pensée tandis que Wes tourne ma tête d’un côté puis de l’autre pour approfondir le baiser et marquer son territoire. C’est loin d’être approprié si on considère qu’on est en public.

– Trouvez-vous une chambre ! s’exclame une voix d’adolescent, brisant nos retrouvailles.

Mon nez caresse le sien, savourant son odeur, la manière dont ses cils s’agitent comme les ailes d’un papillon, comme s’il avait lui aussi du mal à se faire à l’idée que nous formons un couple. Wes et Mia.

– Salut, Bébé, je murmure d’une voix grave qui trahit combien il m’a manqué.

Sa main quitte ma nuque pour remonter dans mes cheveux.

– Ma meuf, chuchote-t-il d’un ton émerveillé, secouant la tête avant de m’embrasser tendrement. Allez viens, rentrons à la maison. Miss Croft a préparé un véritable banquet pour ton retour.

– Ah bon ? Tu as dit à Judi que je venais ?

– Bien sûr. Il fallait bien que je lui dise que ma petite amie venait passer la semaine, histoire qu’elle soit prête !

– Que vous êtes attentionné, Monsieur Channing…

En entrant dans la limousine, je cambre les fesses. Son regard ne manque pas de se river dessus, comme un chat sur une souris. Je les remue, puis je cherche son regard.

– … troisième du nom, j’ajoute avec un clin d’œil.

Il secoue la tête et me met une fessée qui claque comme une bulle de chewing-gum. Elle va laisser une trace, celle-ci.

– Monte, Chérie. Le temps passe et je veux te prendre avant de te nourrir.

Il entre à son tour dans la limousine avec une grâce inégalée. Cet homme est sublime. Il est grand et mince, avec de beaux abdos sculptés qui se devinent sous son polo fin. Son bermuda et ses Vans révèlent qu’il est surfeur avant d’être un riche réalisateur de films.

Le chauffeur vient juste de démarrer lorsque Wes remonte l’écran pour séparer les deux habitacles. Je me demande un instant s’il va faire le premier pas, mais c’est une question idiote. Nous sommes bien trop impatients après une semaine de séparation. Il m’attire brusquement sur ses genoux et saisit mon cul tandis que je m’installe à cheval sur lui.

– Tu vas réaliser mon fantasme et me laisser te prendre ici ?

Ses yeux verts sont brûlants de désir. Je secoue la tête et frotte mon entrejambe contre son érection grandissante. Je balance mon bassin d’avant en arrière et je continue jusqu’à ce que nous soyons tous les deux haletants.

– Non. C’est moi qui vais te prendre, je réponds en souriant.

Il remonte ma jupe et passe sa main dans ma culotte pour mieux empoigner mes fesses.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

calendar-girl-aout-audrey-carlan

6542