Extrait

Antboy T1
de Kenneth Bøgh Anders

Le 16/03/2017 à 15:37 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Kenneth Bøgh Anders

Bayard Jeunesse

22/03/2017

9782747051804

12,90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782747051804

Editeur : Bayard Jeunesse

Prix grand format : 12,90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Depuis qu’il s’est fait mordre par une étrange fourmi, Pelle, jeune garçon ordinaire, n’est plus le même… Antboy est né !
Ses super-pouvoirs :
Force : capable de porter jusqu’à 1000 fois son poids.
Agilité : déplacement multidirectionnel exceptionnel.
Vision : excellente captation infrarouge, perception de 300 images/seconde.
Son point faible :
Il est accro au sucre.
Comme tous les super-héros, Antboy veut sauver le monde !
Ou au moins essayer… (traducation par Aude Pasquier - Illustration de couverture, Sylvain Sarrailh)

 

Premier chapitre

Prologue


En haut du clocher de l’église, qui domine la ville, se dresse une silhouette noire. Elle ouvre l’œil et veille sur les nombreux habitants. Vus d’en haut, ils ne semblent pas plus gros que des fourmis…

 

 

5


Incroyablement

génialement top !


Je ne suis pas allé à l’école de toute la semaine, et j’ai passé le plus clair de mon temps à dormir. Sans rien manger ni boire.

Enfin, pas que je me souvienne.

Les seules fois où je suis sorti de mon lit, c’était pour aller aux toilettes. Même là, il m’arrivait de m’endormir d’un coup sans prévenir. J’ai donc très vite compris qu’il valait mieux m’asseoir sur la cuvette plutôt que de faire pipi debout. Sinon, le tapis de toilette se trouvait copieusement aspergé – tapis sur lequel étaient apparus de curieux trous, d’ailleurs. Comme si je l’avais abîmé pendant mon sommeil.

Le lundi, nous sommes allés chez le médecin pour voir ce qui n’allait pas chez moi. Il m’a examiné des pieds à la tête, et (je vous jure que c’est vrai) j’ai réussi à m’endormir pendant qu’il m’éclairait droit dans la pupille avec sa petite lampe. Conclusion : il ne voyait dans l’immédiat aucun problème à part un petit rhume. À son avis, il ne s’agissait que d’un virus bénin. Ma mère ne s’est pas sentie spécialement rassurée par ce diagnostic et, une fois sortis du cabinet du médecin, elle l’a traité de « sacré esbroufeur » – ne me demandez pas ce que ça veut dire. Il l’a quand même convaincue de suivre son conseil, qui était d’attendre encore quelques jours pour voir. Tout rentrerait sûrement dans l’ordre. Sinon, il fallait revenir le consulter.

Quand nous sommes remontés dans la voiture, j’ai entendu ma mère commenter, tout en poussant un long soupir par le nez :

– Neuf ans d’études (à ce moment-là, j’ai senti mes paupières se fermer), et c’est tout ce qu’il trouve à dire ! « Attendons encore quelques jours » ? Vraiment, quel charlatan…

Le reste de ses paroles s’est perdu dans le brouillard.

Je ne me sentais pas à l’aise avec cette histoire de rester à la maison au lieu d’aller au collège. J’avais mauvaise conscience. Pas parce que je ratais les cours ou que j’allais prendre du retard sur le programme, mais à cause des Hideux. Oui, je sais, ça doit vous sembler bizarre, mais c’est vrai. Sincèrement ! À l’école, les IDE étaient toujours sur mon dos. Naturellement, ça m’embêtait. Mais ce qui m’embêtait encore plus, c’était de savoir qu’en mon absence, c’étaient les autres qui faisaient les frais de leur méchanceté. Évidemment, ce n’était pas ma faute si je me sentais malade, mais j’avais l’impression que je n’avais pas le droit de rester dans mon lit et de laisser d’autres élèves être pris pour cible à ma place. C’était la seule chose positive que j’avais à dire sur l’Infernal Duo d’Emmerdeurs : ils me donnaient l’illusion que j’épargnais le pire aux autres.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

antboy-t1-kenneth-bogh-anders

6398