Extrait

12 arnaques qui ont changé l'histoire
de Dominique Labarrière

Le 22/01/2015 à 19:15 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782756414867

Editeur : Pygmalion

Prix grand format : 19.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Pygmalion

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Que ce soit pour acquérir pouvoir, argent ou gloire, certains individus ont su déployer des trésors de ruse et d’ingéniosité dans les arnaques, les tromperies et les manipulations afin d’exploiter la crédulité de leurs contemporains. « La fin justifie les moyens » paraît être le credo de ces Machiavel qui semblent avoir surgi à toutes les périodes de l’Histoire. Dominique Labarrière raconte certaines de ces entreprises les plus stupéfiantes, qui secouèrent parfois violemment l’opinion publique. Il en décrit les mécanismes et met au jour leurs implications humaines ainsi que leurs enjeux avec des conséquences qui, le plus souvent, dépassèrent ce qu’avaient prévu les apprentis sorciers qui les ont ourdies. Parmi celles-ci: l’affaire du collier de la reine, celle de Panama, les faux carnets d’Hitler, la fausse mine d’or de Bre-X Busang, la guerre politique sans pitié de Clearstream, l’intoxication de masse effectuée autour des emprunts russes, la farce coûteuse des avions renifleurs, le trafic de décorations sous la IIIe République, les « chefs-d’oeuvre » du génial faussaire Wolfgang Beltracchi et, pour finir, l’escroquerie flamboyante de Bernard Madoff, le gourou de Wall Street. Lire ces 12 histoires, c’est retrouver tous les ressorts de véritables scénarios de films ou de romans!

 

Premier chapitre

 

 

 

 

 

Préface

 

 

L’arnaque est vieille comme le monde et ne finira probablement qu’avec lui. Tant qu’il y aura des hommes pour rêver à plus de gloire, de fortune, de pouvoir, il y aura d’autres hommes pour leur faire croire que le miracle est à portée de rêve.

L’arnaque a les couleurs, les tonalités de la vie. Il en est de tragiques, il en est de plaisantes. Certaines sont diaboliques, d’autres peuvent sembler puériles. Toutes reposent sur l’émergence, à un moment donné, du couple bizarre que forment le mystificateur et le mystifié. Un couple dont le ferment est la confiance. Aveugle le plus souvent. Hors de raison dans la plupart des cas.

Si certaines d’entre elles ont une influence évidente sur le cours de l’histoire, toutes y jouent un rôle parce que, mieux et plus crûment que tant d’autres manifestations humaines, elles disent leur temps, leur époque. Elles en révèlent les ressorts, les travers, les mœurs, les obsessions, les peurs, les appétits, les aspirations secrètes. Dans ce sens, elles nous apprennent beaucoup sur nous-mêmes et sur le monde dans lequel nous vivons.

Si elles reposent sur des caractéristiques immuables de l’âme humaine telles que la cupidité, l’envie, l’ambition, la haine, les arnaques sont le fruit – pourri sans doute – de circonstances, et donc d’un moment de l’histoire.

Sans la déliquescence d’une fin de règne qui marque de surcroît la fin d’un régime, l’affaire du collier de Marie-Antoinette aurait-elle pu exister ? Sans la montée en puissance d’une bourgeoisie d’affaires sûre d’elle-même et de sa capacité à transformer le monde à son gré, le scandale de Panama aurait-il été possible ? Sans l’obsession de la revanche de 1870 sur l’Allemagne et de la reconquête des provinces perdues, les largesses russes de Raffalovitch auraient-elles été aussi efficientes ? Sans l’angoisse de la France découvrant avec effroi sa fragilité face aux crises pétrolières, la farce des avions renifleurs aurait-elle été seulement imaginable ? Si Hitler et le nazisme ne continuaient à exercer une fascination morbide sur tant de nos contemporains, l’arnaque des faux carnets aurait-elle pu être montée ? Si l’on n’avait fait de l’argent un maître absolu, une divinité moderne, et de la spéculation un culte, l’escroquerie monstre d’un Madoff aurait-elle pu se prolonger quelque vingt années ?

Il en va ainsi de chaque mystification. Elle est un miroir, parfois déformant certes, mais elle l’est à la manière des caricatures d’un Daumier. Forçant le trait, elle traduit le réel et rompt la conspiration du non-dit. D’une certaine manière, l’arnaque, une fois dévoilée, est porteuse de salubrité. À ceci près qu’elle fait des victimes. Certaines pathétiques, et c’est l’affaire de Port-Breton, celle des emprunts russes et de Raffalovitch ; certaines plutôt lamentables ou ridicules, comme on le voit avec les scandales des décorations, des faux carnets d’Hitler, des faux vrais tableaux de Wolfgang Fischer-Beltracchi.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

12-arnaques-qui-ont-change-l-histoire-dominique-labarriere

5752